Plus de 50 ans de volontariat: Guy Schalenbourg

Cela fait déjà un demi-siècle que Guy Schalenbourg est volontaire pour Action Damien. Aujourd’hui, après 52 années d’actions caritatives pour l’organisation et une fille qui travaille chez Action Damien, Guy cède la présidence du comité de Saint-Trond à son successeur.  

Précédent Suivant

« C’est lors d’une messe dans mon église à Saint-Trond que j’ai entendu parler pour la première fois du travail d’Action Damien. Nous étions en 1969. Monsieur Jean-Pierre Palms, fondateur du comité Damien de la région, y avait lu une intention pour l’ONG pendant la campagne de janvier menée par l’organisation. Ses paroles m’ont tellement ému que je me suis un peu plus tard demandé ce que pouvais faire pour aider les personnes souffrant de la lèpre. »  

L’amour du père Damien lui a été transmis lorsque Guy était encore enfant. Sa mère lui montrait souvent un livre d’images sur Damien. « Je n’oublierai jamais ce livre. Petit, Damien m’inspirait et m’intriguait. Quel altruisme chez cette personne si importante pour ses proches et qui n’avait qu’une idée en tête : faire le bien. »  

Un nombre toujours plus important de membres ont rejoint le comité de Saint-Trond. Comme Trudo Nagels en 1982: « Je me suis toujours senti proche de la figure du Père Damien. En 1982, quand je suis devenu membre du comité à Saint-Trond. J’étais le plus jeune. Et je le suis toujours. »

Guy: « La première activité que nous avons mise en place à Saint-Trond a été une collecte de fonds dans les églises de la ville, lors de la messe à l’occasion de la Journée internationale de la lèpre. A l’époque, nous avions récolté 600 000 francs belges. Aujourd’hui, ces actions représentent encore un tiers de nos recettes. 

Nous vendions également des autocollants-papillon, nous collaborions avec de jeunes élèves de l’école militaire établis sur le campus de Saffraanberg et procédions à la vente de marqueurs en mode porte-à-porte, nous adressions des lettres aux Trudonnaires, nous organisions un concert de musique classique, et régulièrement des conférences de presse,…

Au tout début, nous collections des dons sur le terrain de football de STVV. Nous nous promenions  avec un grand drap blanc et les supporters étaient autorisés à y jeter des pièces depuis les tribunes. »

Encore plus d’anecdotes
Précédent Suivant

« Les pompiers ont, un jour, annexé au dessus d’une boîte un tube de 8 mètres de haut. Ce tube était aussi haut qu’une maison communale ! Les enfants accompagnaient le mouvement de jeunesse et parcouraient la ville afin de vendre les marqueurs. Un pompier montait alors à l’échelle avec l’argent récolté pour le déverser dans le tube. Chaque fois que les pompiers montaient, leurs sirènes retentissaient, attirant toujours plus de nouveaux curieux à la maison communale. C’était tout un spectacle ! Au préalable, nous avions sensibilisé le plus grand nombre possible de personnes sur le marché de Saint-Trond en distribuant des tracts avec pour message: « Notre maison communale est en feu ». Tout cela afin de susciter la curiosité des gens », dit Guy en riant.

Trudo : « Guy était l’homme des idées innovantes !« .

Guy : « Ma femme et moi avions imaginé l’action ensemble !« 

« Hugo Duchateau, un artiste, a dessiné les lunettes du Père Damien sur une grande plaque de bois. Nous l’avions complètement rempli de petite monnaie. Le « Prince Carnaval » était également présent pour l’occasion. Le réalisateur Stijn Coninx est venu une fois à Saint-Trond sur notre invitation pendant un week-end de campagne. Il pensait faire un film sur le Père Damien et a donné une interview à la presse au stand « Action Damien » présent sur le marché« , dit Guy.

Chaque année, le comité mettait un point d’honneur à offrir le plus gros montant par habitant à la Fondation Damien. Pendant des années, nous avons eu la recette la plus élevée de Belgique. Une année, nous avons collecté plus de 50 000 euros en une semaine ! »

« En résumé, notre comité a tout mis en œuvre pour mieux faire connaître le Père Damien à Saint-Trond. Nous avons toujours essayé de proposer des actions amusantes et ludiques pour rallier les habitants à la cause chère au Père Damien. Nous les avons à chaque fois chaleureusement remerciés. C’est ce contact avec les gens qui fait vraiment la différence. »  

Nous remercions Guy pour ses années d’engagement en tant que bénévole pour Action Damien. C’est grâce à son courage, à sa motivation et à ses idées créatives que de nombreuses personnes atteintes de la lèpre et de la tuberculose ont aujourd’hui un bel avenir devant elles.